Les Souffrances du Prince Sternenhoch... et des autres


d'après le roman grotesque
de
Ladislav Klima


mis en résonance
avec des fragments d'écriture de

Friedrich Nietzsche, Antonin Artaud, Vaclav Nijinski et Franz Kafka.



Texte, conception scénographique et musicale, mise en scène : Olga Jirouskova

Construction d'objets, sculptures et marionnettes : Fred Nantel

Réalisation scénique par le Collectif des Rhizomiques et le Théâtre NA

Accompagnement, accueil amicaux et co-production : la Fonderie, Le Mans.

Résidences de création : La Fonderie du Mans ; Le Théâtre de l'Enfumeraie, Allonnes ;
La Parole Errante Demain, Montreuil.

Création prévue en 2018/19

Vous trouverez ici le teaser du spectacle.         Nous contacter        photos Samuel Ab




Note d'intention

«Au commencement était le non-sens, et le non-sens
était avec le verbe, et le verbe était le non-sens»
Le Monde comme conscience et comme rien,
Ladislav Klima

Ce projet, conçu et mené par son auteur et metteur en scène Olga Jirouskova, le Collectif des Rhizomiques et le Théâtre Na, s'inspire de la philosophie et de l'écriture romanesque de Ladislav Klima, philosophe tchèque du début du XXe siècle. Philosophe du vécu, solipsiste convaincu, témoin à la fois d'une fin – de siècle et de cycle, celui d'un Empire mourant, et d'un début, celui de la démocratie européenne naissante, il pousse la philosophie de Schopenhauer et de Nietzsche au-delà de ses plus extrêmes limites. L'écriture de ce spectacle, que lui-même qualifierait de “grotesque“, une critique féroce de toute hypocrisie, s'aventure au-delà des convenances et des possibles; C'est une mise à mort des valeurs établies, de la morale et du dogme consensuels.

Le Prince Sternenhoch évolue en équilibre précaire, dans un espace traité en profondeurs de champs aussi bien au plateau que dans le texte et par le texte dans la pensée ; des figures, masquées ou pas, personnages/animaux/végétaux étranges peuplent cet univers. Et avec le Prince Sternenhoch (Prince du haut des étoiles), les deux personnages – son jardinier et alterego Willy, et sa femme, la terrifiante et diaboliquement belle Helga/Dæmone –, ouvrent des brèches dans de multiples mondes et réalités... Comme à travers des voiles, dans un rêve, le réel se transforme, se démultiplie et tel un reflet sans consistance se dérobe. Mais les souffrances du Prince Sternenhoch ne se résolvent pas par des ”chialeries”, l’impermanence du réel est un jeu permanent qui ne se réduit à rien de moins qu’à sa propre liberté. Zigzaguant à travers les mondes gigognes pour éviter le face à face avec le Néant, « la chute dans l'abîme » (et dans l'alcool), c'est en bouffon shakespearien qu'il se rit de sa folie. Au bout du compte, notre Prince, fragile et démuni, nous tend le miroir reflétant nos agitations grotesques et nous pose la question fondamentale : que reste-t-il de l’homme face au monde sans valeur aucune, face à l’absence, qu'advient il de l’homme qui seul face à lui-même tâtonne dans l’obscurité du “Nichts“ ? Un fou, un simple d’esprit rempli, malgré tout, d’un désir de lumière et d’amour qui nous renvoie à nous-mêmes... ?

Le texte de ce projet n'est pas construit sur le mode d'un récit linéaire, dramatique ou psychologique, mais il avance, fragmentaire et absurde, par bonds sans soucis de logique ou de liens apparents.

La matière textuelle n'est ici que l'une des composantes constituant l'ensemble de l'écriture du plateau ; celle ci est basée d'avantage sur une poétique spatiale qu'on pourrait aussi appeler musicalité. Une musicalité visuelle et auditive. Le texte fait partie d'un tout, d'une composition basée sur un ensemble qui se déploie et se contracte dans l'espace et échappe par là même aux raisonnements. Les connexions dans le jeu et dans la perception chez le spectateur, se font plutôt par la résonance, les résonances qui s'établissent par connexions internes entre les éléments constitutifs de manière spontanée, portés par la rythmique des déplacements, sons, paroles et lumières.

Dans le travail d'acteur, l'accent est mis sur la façon dont le corps s'inscrit dans l'espace ; quand on dit le corps, on parle de la signification du corps en rapport à l'espace, sa respiration, mouvements et voix... d'où la parole surgit... ou pas.

Olga Jirouskova, metteur en scène
Facebook